Plein air et aventure : une quête de spiritualité?

La spiritualité

Nombre de gens qui trouvaient autrefois le sens de leur existence dans la religion cherchent aujourd’hui à redonner une direction à leur vie à travers l’éveil spirituel. La spiritualité correspond à un besoin de connexion avec les autres, avec l’humanité tout entière. Elle invite à entrer en contact avec une force, une puissance supérieure, à rechercher le sens de l’existence par-delà les besoins égoïstes et matérialistes et à poursuivre la réalisation de son plein potentiel. (Anne-Benedict Hoffner, 2014)

La spiritualité au troisième millénaire

La spécificité de la spiritualité au troisième millénaire est étroitement reliée à l’évolution des sociétés occidentales. Les nouvelles quêtes sont davantage individuelles et se font en dehors des institutions religieuses. Elles prennent souvent la forme d’un questionnement sur le sens de la vie. Elles se manifestent par la recherche de dépassement et de plénitude.

Les adeptes de la spiritualité moderne sont souvent en quête d’un mieux-être plutôt que de rechercher le salut dans l’au-delà comme le faisaient leurs prédécesseurs. Ils tiennent à préserver leur autonomie dans cette quête d’absolu. Ils ont à cœur de mener leurs propres réflexions sur le sens de l’existence et veulent déterminer de quelle façon ils vont vivre leur vie.

Les manifestations de la spiritualité

La spiritualité moderne telle que vécue en Occident s’est beaucoup inspirée des religions orientales qui se sont invitées chez nous au début des années 1960. Les courants bouddhistes, hindouistes et zen ont donné naissance à toutes sortes de pratiques, allant du yoga au tai-chi, en passant par la méditation transcendantale, la pleine conscience et autres disciplines.

On a vu émerger le Nouvel Âge, courant spirituel et éclectique qui a popularisé les notions de vies antérieures et de corps énergétiques en plus de mettre l’accent sur l’intuition, le pouvoir des cristaux, le support bénéfique d’entités spirituelles – les anges – et autres croyances.

Le désir des Occidentaux de se connaître, de se libérer de leurs chaînes et de se réaliser pleinement a entraîné la multiplication des formes de psychothérapie : psychanalyse, psychothérapie humaniste, bioénergie, gestalt-thérapie, abandon corporel, thérapie individuelle, de couple, familiale et autres.

Plus récemment, on a vu émerger un engouement pour le bénévolat et l’entraide humanitaire ainsi que pour la défense de la nature et de l’écologie. Les pèlerinages tel celui de Compostelle, attirent de plus en plus d’adeptes. Au Québec, en 2018, on compte pas moins de 18 sentiers de pèlerinage à la disposition des marcheurs en quête de silence et de moments de réflexion.

Ce sont autant de manifestations actuelles de ce désir puissant qui anime les individus et les incite à se dépasser et à transcender leur quotidien.

Les dérives sectaires

Désireux de répondre à leurs besoins relationnels et de retrouver des croyances et un cadre de vie rassurants, certains d’entre nous se sont joints à des sectes de tous genres. C’est ainsi que sont nées les sectes apocalyptiques, les sectes sataniques et les sectes guérisseuses.

Le tourisme religieux représente également une forme de dérive de la spiritualité. Les gens consacrent quelques jours à s’initier à diverses formes de pratiques spirituelles allant de la kabbale au soufisme en passant par la spiritualité amérindienne et le druidisme, convaincus qu’à un moment donné une illumination leur dictera la voie à adopter.

Plein air et spiritualité

Dans la religion catholique, on a cherché à dissocier la conscience du corps de la spiritualité : on devait mettre le corps de côté pour poursuivre sa quête spirituelle. Sous l’influence de la spiritualité orientale, les Occidentaux ont réintégré la dimension corporelle dans l’expérience spirituelle. Le corps est devenu un moyen d’accéder à la transcendance.

Aujourd’hui, nombre de pratiques spirituelles visent à unifier le corps et le cœur, à établir une communication étroite avec la nature, à installer une sensation de calme, de détachement et d’ouverture à l’expérience.

De nombreux chercheurs considèrent de plus en plus que la popularité croissante des activités de plein air prennent l’allure de véritable quête de dépassement de soi et d’absolu, se transformant en expérience spirituelle, source de bien-être et de plénitude.

À travers les activités de plein air, beaucoup de personnes vont expérimenter une espèce de reconnexion avec elles-mêmes. Éblouis par la beauté du monde et la grandeur des paysages, les individus ont le sentiment d’appartenir à quelque chose de plus grand qu’eux. Ils ont l’impression de ne faire qu’un avec la nature et avec la vie. Ils rapportent fréquemment une sensation d’ouverture et d’expansion de tout leur être.

Sports extrêmes et spiritualité

Quand on pense aux adeptes de sports extrêmes – où une seule erreur peut entraîner la mort –, on pense rarement à l’expérience spirituelle qu’ils s’offrent. On a plutôt l’impression qu’il s’agit de drogués du risque et de l’adrénaline ou encore de vrais casse-cou suicidaires en mal d’émotions fortes.

Pourtant des recherches sérieuses menées auprès de ces sportifs de l’extrême – saut extrême ou base jumping, surf sur vagues géantes, escalade en solitaire et autres activités – tracent de ces participants un portrait bien différent. On leur attribue les caractéristiques suivantes :

L’escalade est un sport extrême parmi tant d’autres. Photo collection Pierre Cornellier
  • Individus très entraînés;
  • Connaissance parfaite d’eux-mêmes, de l’activité pratiquée et de l’environnement où elle se déroule
  • Le sujet se sent vivant, tous ses sens semblent mieux fonctionner que dans la vie de tous les jours;
  • Le temps ralentit;
  • Impression de transcender les façons quotidiennes d’être et de percevoir son potentiel;
  • Affirmation de la possibilité de transformer sa vie;
  • Expériences d’état de conscience d’une intensité unique : fusion avec la nature, accès à des émotions humaines telles l’humilité, la créativité, la spiritualité, la générosité.

Réserve

Il est vrai du plein air et de l’aventure comme de toute autre activité humaine. C’est l’intention sous-jacente à l’activité qui la transforme en quête d’absolu ou en mise en avant de l’ego désireux d’accumuler, argent, gloire et notoriété.

Bonne randonnée.

Surveillez le site web (guylaineparent.ca) ou son Facebook professionnel (Guylaine Parent, psychologue, conférencière) pour y découvrir les formations virtuelles offertes cet automne. Au programme, entre autres :

  1. Les six clés du bien-être
  2. Les forces de caractère, un pouvoir insoupçonné

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *